Inauguration du Bois d’Mon Coeur

Discours

Monsieur le Préfet,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Monsieur le Chef du service des forêts,
Madame la Syndique,
Monsieur le Vice-Syndic,
Monsieur le Président de la Corporation forestière de La Sonnaz,
Mesdames et Messieurs les membres des conseils communaux,
Vous tous qui avez participé à l’élaboration de ce projet,

Chers amis,
Chers enfants, Chers jeunes,

C’est bien sûr pour moi un plaisir tout particulier de participer aujourd’hui à l’inauguration du Bois d’mon cœur. J’ai eu l’immense privilège de suivre l’évolution de ce projet comme conseillère communale de Villars-sur-Glâne, comme présidente de la corporation forestière de la Sonnaz, et enfin, aujourd’hui, comme conseillère d’Etat Directrice des forêts.

Ce site pédagogique n’a été rendu possible que grâce à la collaboration entre plusieurs acteurs publics et privés de la région. Je me joins aux remerciements chaleureux qui leur ont déjà été adressés sur cette scène. On trouve ici simplicité, convivialité, inventivité et efficacité. C’est merveilleux pour la promotion du bois souhaitée par Lignum. C’est aussi ce que je souhaite pour un grand projet, pour le centre cantonal, pour la qualité de vie de ses habitants.

Je remarque, en guise de clin d’œil, qu’une collaboration entre les communes de Corminboeuf, Fribourg, Givisiez, Granges-Paccot et Villars-sur-Glâne et la Bourgeoisie de Fribourg rend possibles de grands et beaux projets.
Peut-être qu’entre deux classes d’école, les canapés forestiers pourraient accueillir de nouvelles rencontres entre ces entités, en vue d’un Grand-Fribourg dynamique… En tout cas pour ce projet-ci, nous étions au départ une petite équipe et maintenant tout le monde se l’est approprié. Et l’Etat a bien aidé financièrement. C’est donc possible pour des beaux projets innovants

La forêt est un magnifique lieu de délassement, de promenade, et de rencontre. Rencontre entre les générations, entre les cultures, comme le montre votre présence à toutes et tous aujourd’hui. Rencontre également avec la nature, dans un secteur de l’agglomération qui a connu une très importante urbanisation ces dernières années.
Pourtant, les photos aériennes d’archives montrent que le périmètre du Bois de Moncor a été préservé, à l’exception bien sûr du défrichement pour l’autoroute à la fin des années 1960. Ces images montrent même que le bois a repris des couleurs, et s’est progressivement densifié durant ces cinq dernières décennies. J’y vois le signe d’un besoin parallèle à la densification urbaine : celui de bénéficier de poumons verts préservés.

L’évolution du canton de Fribourg, et particulièrement de l’agglomération du centre cantonal, rendra de plus en plus vital ce besoin. Parallèlement, la pression sera de plus en plus grande sur les espaces verts. La fonction didactique du Bois de Moncor, et ses fonctions d’accueil, notamment des enfants, contribueront à sensibiliser les prochaines générations à la forêt et à ses nombreuses qualités.
L’éducation à l’environnement devient de plus en plus présente dans les programmes scolaires, et en-dehors. Je salue d’ailleurs aujourd’hui les membres de l’association « A l’air libre », qui propose de nombreuses activités pour les enfants, destinés à les sensibiliser au développement durable.
Le Bois de Moncor sera, j’en suis sûre, un lieu idéal pour renforcer encore le lien entre les plus jeunes et la magie de la forêt.

Comme l’affirment les principes de l’éducation à l’environnement, il ne s’agit pas seulement de faire découvrir la nature aux enfants pour leur plus grand plaisir ou de leur faire faire l’école buissonnière, voire forestière. Il s’agit de transmettre des valeurs profondément enracinées, d’autres rythmes de vie, d’autres relations que celles imposées par notre société, pour qu’un monde plus sain soit possible. Il naîtra d’abord dans l’esprit inventif des plus jeunes, d’âge ou d’esprit, et croîtra sous les futaies régénérantes des forêts.
Le bois de Moncor est à deux pas du quartier de Villars-Vert. Je lui souhaite d’être, comme ce quartier, un lieu de rencontres et de partages entre cultures et générations différentes.
Lors de mon élection, l’Association de quartier de Villars-Vert, en la personne de son président M. Cihan Kilic, m’a adressé une carte, avec une citation du poète turc Nazim Hikwet. Cette citation, que je répète souvent, trouve toute sa force ici aujourd’hui : « Vivre ! Seul et libre comme un arbre, fraternellement comme une forêt, tel est notre désir ardent ! ».

Je remercie toutes les personnes qui ont rendu possible la concrétisation de ce projet, ainsi que toutes celles qui ont organisé cette magnifique inauguration. Que le Bois de Moncor vous inspire et qu’il fasse battre votre cœur, en ce jour magnifique, et pour de très nombreuses années, en toute saison.

Très bonne journée à tous et toutes.